MEL 90 EXCIMER LASER ZEISS

Chirurgie Réfractive (Hypermétropie, Astigmatisme, Myopie, Presbytie). Évaluation et devis GRATUITS dès le 3 septembre 2018 ➦

LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE OU CHIRURGIE DES DÉFAUTS DE LA VISION

ENFIN, VOIR NET SANS LUNETTES!

Myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie : tous ces troubles de la vision peuvent être corrigés par la chirurgie réfractive.

Pour bien voir, il faut que l’image soit focalisée précisément sur la rétine, tissu localisé au fond de l’oeil et ayant les caractéristiques du tissu cérébral. Pour qu’une image soit focalisée sur la rétine maculaire, elle doit traverser successivement la cornée, la pupille, le cristallin et la cavité vitréenne. Si le globe oculaire est trop petit, trop grand ou irrégulier, l’image n’est pas focalisée précisément sur la rétine. La chirurgie réfractive consiste à tailler la cornée (hublot transparent en avant de la couleur de l’oeil) à l’aide de lasers, pour corriger définitivement les défauts de la vision. Ces techniques chirurgicales permettent d’obtenir une excellente vision sans lunettes et sans lentilles de contact après l’opération.

QUI PEUT BÉNÉFICIER DE LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE ?

Toute personne, au cours de sa vie est susceptible de bénéficier de la chirurgie réfractive car tout un chacun, l’âge venant, sera presbyte. A partir de 20 ans et tout au long de sa vie, il est possible de bénéficier d’une correction chirurgicale des défauts de vision à l’aide de ces techniques (techniques lasers modifiants les courbures de la cornée ou mise en place définitive d’un implant à l’intérieur de l’œil ayant les caractéristiques d’une lentille de contact souple).

Le plus simple pour corriger son trouble de la vision est de porter des lunettes ou des lentilles de contact. Toutefois, si l’on souhaite pouvoir s’en passer, ou si on ne tolère plus ses lentilles de contact, la chirurgie réfractive est conseillée. 

Les techniques chirurgicales qui modifient les courbures de la cornée comprennent: la PKR et le FEMTOLASIK.

La mise en place d’IMPLANTS INTRAOCULAIRES dits PHAKES (le patient ayant toujours son cristallin naturel) est une intervention chirurgicale dans laquelle on ajoute à l’intérieur de l’oeil, entre l’iris et le cristallin, une lentille correctrice de type ICL (Implantable Collamer Lens).

LES DIFFÉRENTES TECHNIQUES

LE LASIK

Le FEMTOLASIK (Le LASIK est l’acronyme de Laser In Situ Keratomyleusis). Le FEMTOLASIK est un LASIK réalisé avec un laser femtoseconde. Ce geste comprend une Photo Kératectomie à visée Réfractive par laser après une découpe superficielle de la cornée à l’aide d’un laser Femtoseconde. Il s’effectue en deux temps. On découpe d’abord une fine lamelle (100 microns) dans l’épaisseur de la cornée (dont l’épaisseur normale est de 530 microns), à l’aide d’un laser Femtoseconde. Puis, à l’aide d’un laser à excimère, on sculpte la cornée avec une très grande précision pour en changer ses courbures (aplatissement de la cornée chez les myopes et bombement de la cornée chez l’hypermétrope).

Combien de temps faut-il pour retrouver une bonne vision ?

Plus récente que la PKR, le FEMTOLASIK est plus rapide puisqu’il permet de retrouver une excellente vision vingt-quatre heures après l’opération. L’intervention n’entraîne pas de douleurs  et le traitement post-opératoire (avec des gouttes oculaires) ne dure qu’une vingtaine de jours.

Quels sont les risques ?

Ils sont minimes. Le FEMTOLASIK peut lui aussi entraîner des infections (dans moins de cas cependant que le PKR) et une mauvaise qualité de vision.

Il peut arriver que le volet soit mal découpé, ou qu’une inflammation ou une prolifération de cellules épithéliales soit visible sous le capot. Ces problèmes peuvent être traités et l’opération peut laisser des séquelles définitives dans 1 ou 2 cas sur 5000.

LA PKR

La PKR (Photo Kératectomie Réfractive) utilise un laser à excimère pour tailler directement la cornée sans l’avoir découpée au préalable.

Elle permet de corriger une myopie jusqu’à -8 dioptries (pour se rendre compte de ce que représentent les valeurs dioptriques d’une correction: un patient ayant une myopie de -0.5 dioptrie aura une vision de loin sans lunettes de 50% et un patient ayant une myopie de 2.5 dioptries aura une vision sans lunettes de 20%).

Il est possible de corriger un astigmatisme jusqu’à -3 dioptries avec une PRK.

La PKR est la technique la plus simple et la moins onéreuse. Toutefois, elle peut provoquer des douleurs durant les deux jours qui suivent l’opération.

Combien de temps faut-il pour retrouver une bonne vision ?

Dans la semaine qui suit l’intervention, on voit flou le temps que la cornée cicatrise.

La vision s’améliore ensuite progressivement et, au bout d’un un mois, elle est en général excellente. Il est par ailleurs nécessaire de mettre des gouttes oculaires pendant trois mois.

Avec cette technique, on n’opère pas les deux yeux en même temps. On attend que le premier ait retrouvé une bonne vision pour intervenir sur le second, en général un ou deux mois plus tard.

Dans certains cas il est possible d’opérer les deux yeux le même jour. Cependant, dans ces cas, une aide au domicile doit être organisée durant la période post-opératoire pour gérer les douleurs qui peuvent être très intenses (antalgiques puissants, acupuncture, hypnose…).

Quels sont les risques ?

Les complications liées à la PKR sont rares. Il arrive qu’une infection survienne deux ou trois jours après l’opération. On peut aussi avoir une qualité visuelle insuffisante ou ressentir une gêne (par exemple perception de halos en regardant des objets lumineux). Ces problèmes se résolvent généralement spontanément avec le temps mais, s’ils persistent, une deuxième opération est possible.

LES IMPLANTS

La chirurgie réfractive cornéenne au laser est inappropriée si les défauts de la vision sont trop importants: myopie de plus de 8 dioptries, hypermétropie de plus de 3.5 dioptries.

Il est alors nécessaire d’avoir recours à la chirurgie intraoculaire qui consiste à placer une lentille souple entre l’iris et le cristallin (en arrière de la pupille).

L’implant reste généralement 10 à 30 ans dans l’œil et, s’il le faut peut être retiré sans laisser de séquelles.

Le seul inconvénient de cette intervention est qu’elle peut favoriser le développement d’une cataracte.